DDT 2010 du fun et du spleen ....!

Dimanche 26 - 08:12 locale - MERCURE de VAL DE REUIL - Chambre 207 …

(Mimi : chambre normale …!)

Qui a dit que ce put ….. de pays était couvert par Internet … rien ne passe : ni la WIFI; ni la 3G; ni SFR …

Je vais de voir attendre une connexion civilisée pour vous envoyer ce premier message !!!

Bon quoi de neuf depuis deux jours : on est arrivé sur place et là franchement c'était pas gagné à priori !

Jugez plutôt : Jeudi soir Barbentane, en reculant le Trafic pour prendre position devant la remorque de Guy, un bruit bizarre attire mon attention, le temps de relever le capot et je constate qu'un boulon de fixation du moteur a décidé de prendre ses congés en laissant une partie de son filetage cassé dans le carter … Coup de fil à mon agent Renault préféré qui diagnostique à distance et me demande de lui amener le bébé.

Retour sur NOVES pour 2 bonnes heures de mécanique et finalement changement de ce boulon !

Vendredi matin nous quittons la Provence direction le grand Nord … avec la moto de Bruno dans le fourgon protégée comme les diamants de la couronne et une remorque aux fesses avec la Yam de Guy ! Nos amis salonnais partent en convoi de leur côté.

Quelque part en Bourgogne nous retrouvons ce beau monde pour déjeuner. Nous sommes rapidement rejoints par Georges et Noel qui ont fini de préparer le GSXR de Noel  le matin même … Deux équipes se forment : les rapides (Georges et moi) et les tortues (Jef et Alain) et nous traçons vers Paris en suivant les indications de nos GPS respectifs …

Arrivés aux abords de la capitale, RADIO BLEU IDF nous annonce "quelques difficultés" sur les routes … Nous constatons rapidement que les difficultés en question sont "de plus en plus importantes" … Tu parles : 2 heures pour contourner Paris avec en prime un record de bouchons "inhabituels" pour une fin de semaine … on est ravi de participer !

Jef dira plus tard (et j'approuve) :"Vous faites ce que vous voulez, mais moi vivant plus jamais on ne passera par PARIS …PLUS JAMAIS …! "

Vers MANTES LA JOLIE, les banlieusards étant visiblement rentrés chez eux, ne restent en piste que les parisiens friqués en partance pour DEAUVILLE et nous et la vitesse passe de 5 km/h à un petit 130 ce qui ne gâche rien.

Les GPS annonçaient une arrivée vers 18:30, finalement après quelques poses clopes/pipi, VAL DE REUIL se présente vers 21:00 …

Il reste à trouver le paddock qui a changé de place et à monter le barnum pour pouvoir manger un bout … Résultat des courses dodo vers 1:00 …

Ca commence bien !!!

 

Samedi 27 - même hôtel et même chambre … (Beau temps (normand) et large petit déjeuner) les choses sérieuses peuvent commencer : sortie des motos, préparations diverses en vue des contrôles, rencontres avec des anciens (Nicolas, le commissaire belge est parmi nous cette année) et activation dans et autour des barnums.

Rien ne va dixit Bruno qui est calme comme un hiver à la pointe du raz par grande marée un jour de tempête millénaire … d'autant qu'il a oublié sa dorsale dans son Aveyron et que l'outil est nécessaire au passage des contrôles … Après quelques recherches locales on va trouver le bébé à ELBEUF (1:00 aller-retour) et il pourra continuer peaufiner son bolide et même passer les contrôles en temps et heure … le monstre finira sa journée dans le parc fermé et Bruno déstressera à peine en fin de journée … CA PROMET, PUTAIN de M…..!!!!!!!

Pendant ce temps, Nono et son 900 BOL D'OR essayent vainement de démarrer, Pierrot prend les choses en main mais malgré tout ces efforts il faut constater que le voyage sous la pluie n'est pas du gout de la Honda, Didier se penche sur le cas, Georges itou et toujours rien … Nono a cramé ses deux cartouches de clopes et le BOL D'OR reste muet … La journée passe au rythme des essais de démarrage et des avis des uns et des autres … je me suis bien gardé d'un commentaire, ceux qui connaissent mes capacités mécaniques comprendront … Finalement vers 20:00 après avoir quasiment démonté le monstre entièrement, changé les bougies plusieurs fois, la bobine, la batterie et refait la rampe de carbus, il semble que le circuit électrique façon Nono soit en cause. Ils refont donc ce truc (qui semble important sur une moto) et vers 21:00, miracle, le Honda crache et démarre … Un petit tour de quartier plus loin, le mécano et le pilote valide le fonctionnement mais trop tard pour ce soir, le contrôle se fera demain matin … Sous le flegme apparent du bonhomme on sent quand même que Nono a cramé quelques calories de stress en même temps que ses clopes …mais tout semble OK et il devrait au moins bien dormir même s’il a décidé de se passer de road book papier et de TRIPY … !

Un conseil si vous partez en vacances avec Pierrot pensez à prendre au moins un semi remorque : à part le permis de conduire du pilote tout ce qui peut se changer sur une moto est dans sa trousse de toilette avec un outillage que l'équipe de ROSSI doit lui envier … !

 Nous sommes donc à priori parés pour attaquer ce DDT 2010 dans les meilleures conditions et j'ai moi-même battu un record en rédigeant ce compte rendu en moins d'une heure !

 Le programme aujourd'hui, après une parade dans les rue de VAL DE REUIL, est une spéciale en ville et vous en saurez plus au prochain épisode … sous réserve que je trouve une put… de liaison Internet !!!

Bises

 Lundi 27 - 17 :00 - Mercure de NEVERS  - Chambre 220 - sur les quai de Loire mais sans Internet … malgré les explications de la demoiselle de l'accueil … (C'est décidé je change d'opérateur en rentrant au bureau !!!)

 Hier RAS sur la spéciale en ville … nos pilotes sont rentrés entiers bécanes comprises au parc fermé …Bruno qui a enfin pu rouler sur son engin est passé en phase « tempête estivale sur plage normande » … il devient presque loquace c’est dire !!!!

 Ce matin Muriel qui devait m'accompagner a succombé au charme conjugué de Luc Lover et de son gros engin (sic) et je me retrouve seul dans mon fourgon … snif, snif !!!

Côté course, jusque là tout va bien … la liaison s'est bien passée, les ravitaillements ont été exemplaires surtout le premier, contrôlé de près par deux pandores à moto qui ont eu la bonne idée de s'arrêter sur le carrefour que j'avais choisi.

Ces deux jeunes gens se renseignent sur la course, puis sur les motos et lorsque j'annonce que va passer un RDLC les voilà qui décident de l'attendre pour voir le bijou !

Nous discutons donc un moment des plaisirs comparés du Béarn et de la Normandie, un des pandores étant de Tarbes et aussi remonté contre la météo de son pays d'adoption que contre les locaux qui semblent être des hôtes plutôt froids (selon la police …) et lorsque Bruno arrive avec Jérôme entourés de sa garde perso de GOLDWING ils vont même jusqu'à prendre en photo l'antique bécane (avec son téléphone … pour une fois !!!) avant de tenir amicalement l'entonnoir pour éviter que je vidasse du 95 sur une aussi belle vieille dame !!!

Qui a dit que la maréchaussée n'est pas serviable … (J'entends certains dire que c'est normal pour un Béarnais …)

Mes pilotes se tirent le plein fait suivi par les deux pandores et je repars pour de nouvelles aventures en frôlant la capitale sur des autoroutes bien plus fluides que Vendredi pour arriver dans un joli petit village au nom évocateur de la France profonde : CERNOY en BRY …

Je vais passer une petite heure devant le cimetière, seul lieu propice au vidage de jerrican et au stationnement de mon camion, pour recommencer l'opération du matin accompagné par des voisins moins bruyants et une petite mamie qui a l’air très intéressée.

 Un petit coup d'autoroute plus loin, je frôle, avec une pensée pour Véro, Cosne sur Loire et voici Nevers et son circuit magique où nos pilotes doivent tourner en ce moment pendant que je tape ce texte que je ne suis même pas sur de pouvoir envoyer avant mon retour.

Heureusement il me restera l'épreuve de nuit sur le circuit de kart…

Tout le monde est donc rentré au port mais notre ami Nono a quelques problèmes de freinage et va prendre 5h de pénalités dans la vue … décidément ce n'est pas son année ... A sa place je retournerais fissa à Chartres faire bruler un stock de cierges avant que demain il ne lui arrive autre chose !!!

 Bon je vais vous laisser là et faire mes dernières 10 bornes pour rejoindre le "Continental Circus"!

A +

 

Mercredi 29 - 09:30 - Entrée du circuit de Bresse - Enfin du beau temps mais toujours pas d'internet ….

La maréchaussée est efficace cette année … Luc et Sala (qui a rejoint notre convoi) se sont fait prendre par les pandores de la région Centre et si Luc a négocié au mieux un gros rien … (et pourtant ce n'était pas des gendarmettes …), Sala lui a pris 130 € et probablement 3 points !!!

Hier donc traversée Magny Cour - Belleville assez calme sur le parcours puis une spéciale sur les flancs du Mont Brouilly en fin de journée, à 5km du paddock…Bruno, qui passe au ravitaillement en bas du mont à l'arrache au niveau du temps, va réussir l'exploit de faire racler son casque dans la spéciale et de coucher sa monture sur le macadam sans trop de dégâts puisque ce matin il est reparti …

En revanche, sur ses terres (il habite à 15 km) Noel voulait frapper un grand coup  : il l'a fait mais pas dans le sens souhaité : la spéciale est terminée, il redescend de ce Mont chapeauté d’une petite église (sur le parking de laquelle, dit-il, il troussa jadis tant de filles du cru (si, si il le dit et moi je le crois ….)), et tente de faire faire un salto avant à son GSXR en décollant sur un dos d'âne vicieusement positionné au centre de la chaussée … 15 m plus loin la fourche de son bolide entre en discussion serrée avec l'angle du mur d'une mamie qui en tremble encore et se casse en deux ( la fourche pas la mamie …), la roue et une bonne partie du carénage n'ont pas du tout appréciés la situation et le font savoir en prenant des poses incongrues et plutôt harmonieuses mais qui interdisent l'usage normal d'une motocyclette !!!.

Notre valeureux pilote se relève sans mal apparent (finalement il doit avoir un doigt cassé) ! Nous évacuons l'épave (la moto, pas Noel …) vers son garage d'origine et nous retournons au paddock ou une colonie de "pays" attendent l'enfant prodigue !

La nuit va être arrosée et vous connaissez tous mon aversion pour les boissons alcoolisées, doublée hier soir d'une crève carabinée (merci la Normandie …) il est donc 22:00 quand je me couche rempli de Doliprane en espérant des jours meilleurs …

Retour donc à ce mercredi matin sur le circuit de Bresse, un premier groupe est en train de passer quand Didier débarque … du camion balai, une bielle de sa 1000 a décidé de faire sa vie et l'a lâchement abandonné, je vais l'héberger jusqu'à BRIDES LES BAINS et nous verrons ce soir comment on s'organise pour redescendre le bébé.

Ajouter à ça que Sala abandonne avec plus de 10 h de pénalités, j'espère qu'on va tout de même finir la journée avec nos 4 rescapés !!!

A plus pour le final de cette journée !!!

 

Jeudi 30 - Hôtel le Centre - Chambre 403 - Brides les bains

Hier en quittant le circuit de BRESSE, Didier et moi avons fait 200 km d'autoroute pour rejoindre la SAVOIE et plus spécialement un village nommé CHATEAUNEUF pour ravitailler nos pilotes sur cette étape de près de 500 bornes pour eux sur des routes plutôt Rock n"roll …

On va attendre 6h sur place pour voir passer Guy puis Nono puis plus rien jusqu'à un coup de téléphone de Bruno :

Lui : "Putain je t'ai pas vu à Châteauneuf, je fais le plein à Intermarché…"

Moi : "Mais tu n'es pas passé à Châteauneuf et Intermarché est à 4 km de nous…" …

Profond soupir du ravitailleur dépité …!

Bruno passe devant nous quelques minutes plus tard, s'arrête pour nous annoncer que "C'est la merde… J'ai pas fait la spéciale … ce putain de TRIPY nous a envoyé sur une direction bidon … on est plein dans ce cas … Putain je suis hors course …etc…etc… etc …" et j’en passe plein …. !!!!!

On le calme, on le rassure pour qu'il finisse ailleurs que dans un mur et il repart …

Mais mettre 100 bornes avant de s'apercevoir qu'on a raté un CH va lui couter 5h00 de pénalités et toutes ses chances de podium …

Pierrot et Georges sont unanimes : il faut lui acheter un cerveau !!! … LOL !

Coté GOLD, la casse continue … Jérôme et le deuxième GOLD ont déclaré forfait avec les mêmes symptômes que Didier : bielles en rideau. Nous étions les plus près, du coup on se donne rendez-vous dans la riante commune de MONTMELIAN pour récupérer son bolide. On se posait la question avec Jef de savoir si un GOLD rentre dans mon fourgon ; la réponse est oui…

Retour sur Brides les bains charmante petite station thermale réputée pour ses cures d'amaigrissement … La ville est si petite que le paddock est coupé en trois et nous héritons d'un bucolique petit camping à flanc de colline alors que les restes des équipes sont en bas de la ville sur un parking banal.

Mécanique sur les motos restantes et retour au parc fermé.

 

Ce matin une « petite » boucle  « Brides-Brides » attends nos pilotes et un seul ravitaillement pour nous à Lanslebourg - Mont Cenis ! RAS sur ce bled qui doit être sympa recouvert de neige mais qui ne ressemble à rien sous ce ciel gris et froid !!!

Heureusement nous passons une excellente soirée "Fondue Savoyarde" offerte par Chantal et Lucien (sponsors de Paty) qui sont venus deux soirs de suite d'Annecy pour le plaisir de passer quelques heures en notre compagnie (moi je dis respect !!!) et un superbe feu d'artifice offert par la ville au Moto tour et de mémoire de tour's boys and girls c'est la première fois …

Malgré ces agapes agréables, l’ambiance, petit à petit, prends du plomb dans les carénages par l’attitude désinvolte de quelques uns qui confondent la course et les vacances au Club Med … !

Vendredi 01 - IBIS de Toulon la Valette - Chambre 220 - Déco nulle à chier ...

Hier étape marathon Brides – Toulon pour les pilotes qui sont censés se dém ... der seuls !

5:00 … le premier pilote quitte la SAVOIE en accélérant dans ma chambre : ils ont eu la bonne idée de faire partir les p'tits gars sous ma fenêtre ... Super, j'avais prévu une grasse mat à 6:00 … je ne serais pas en retard !!!

Guy et Bruno partent dans les temps tandis que Nono passera devant un CH déserté pour cause de retard … il est probable que le support de road book aurait du être posé hier soir, même si en début de course cet accessoire "inutile" ne semblait pas l'intéresser … Il faut dire en plus qu'il était bon dernier et que les commissaires ont du imaginer qu'avec son taf de pénalités il avait préféré une grasse matinée à un départ humide … Ceci dit notre ami, en rogne contre le monde entier à défaut de l'être contre lui, décide de regagner hors course le sud de la France et trace sa route à sa guise (comme dirait J.Rochefort …

Ne restent sur le campement que les véhicules d’assistance et les deux GOLD hs !

Rangement des fourgons, attelages divers et variés et, nous quittons sous la pluie cette rieuse bourgade de Brides les bains !

Donc étape marathon de 607 km pour les pilotes qui n'ont pas droit à l'assistance et qui devront mécaniquer seuls à l'arrivée …Ca veut dire sight on Toulon pour les véhicules d'assistance et les GPS nous annoncent 5h30 par les autoroutes pour ce périple. Moment de bonheur entre Grenoble et Valence : le soleil est là ….après une semaine de pluie quasi non stop c'est le pied ...! Un petit crochet par le motel de la Juste (noble adresse d'Althen les Paluds) pour récupérer mâme Destandau et par Barbes city pour un bisou à mon amoureuse et Toulon se profile à l'horizon …

Nos deux pilotes en course sont rentrés dans les temps et sans pénalités supplémentaires …

Dimanche 3 - 7:15 - les plages du Morillon

Hier petite journée pour une grande partie de l'équipe sauf les pilotes qui devaient tourner au Paul Ricard puis enchainer une spéciale sur route à Mazeaugues et Eve qui a reçu quelques invités supplémentaires comme chaque année ici ….

Côté corse, Bruno est bon dernier des Classiques mais l'objectif de rentrer à Toulon est atteint (notons toute fois que sans cette pénalité pour loupage de CH il serait premier … mais la nouvelle ne semble pas le traumatiser plus que ca … sacré loustic !!!) Guy est accroché à sa deuxième place et s'est même payé le luxe de reprendre 40"sur 5 tours de Ricard à Eric Fortin le premier, mais sans miracle (sssss) les 25" restantes seront impossibles à rattraper sur le Faron tout à l'heure.

Côté paddock, c'est toujours un plaisir particulier de se retrouver sur le toit des stands du RICARD (même s'il n'a plus grand-chose à voir avec celui de notre jeunesse) plaisir que j'ai partagé avec Alain rentré en fraude planqué dans mon fourgon car pour accéder il fallait un bracelet magique distribué au compte goutte à raison de deux par pilotes … En bons français on a donc fraudé et comme aucun contrôle des véhicules n'était fait j'aurais pu faire entrer un régiment sans problèmes.

 Après midi sans fait notable si ce n'est le cadeau que j'ai fait aux poulpes nichant au bout de la digue d'un forfait SFR illimité inclus dans un BLACK BERRY dernier modèle !!! Seul point positif, compte tenu de leur conversation, je n'ai pas à faire opposition …!

 La soirée d'hier est de celles qui font en partie oublier l'ambiance "spéciale" de cette édition 2010 ... Bernard, le catalan nous a fait un show digne du comique permanent qu’il est, accompagné par Christian, Patrice et Luc ses acolytes GOLD boys … l'excellent vin bio de Jacques et celui moins bio mais tout aussi excellent de Noel (revenu soutenir ses frères de macadam pour le dernier week-end) ont également contribué à l'état des participants !

Merci les garçons pour ce grand éclat de rire … !!!

Gérôme (oui je sais mais lui c’est avec un G…) est arrivé avec son Gold side-car magnifiquement décoré de huskys et d’un autocollants «  PRESSE » qui va nous servir de passe et nous voila partis pour le Faron : Mumu et Jef dans le panier et moi derrière le pilote … Grâce à notre passe « PRESSE » nous allons pouvoir faire la spéciale dans le sens des pilotes et franchement je préfère y passer en touriste qu’en course !!!! Nous retrouvons en haut Alain et Annie et nous prenons position dans l’avant dernier virage pour voir passer la totalité des concurrents qui ne déméritent pas même si les derniers qui passent - en fait les premiers au classement – prouvent s’il en était besoin que piloter n’est pas conduire !

Nos deux pilotes restants sont passés mais hélas pour Guy, la BMW a tenu le choc et finira même dans le même temps que lui … C’est plié, il finira second avec classe et en félicitant le premier qui est par ailleurs un garçon très sympathique.

La course est terminée, nous redescendons cette butte mythique et je fais l’expérience du panier du side ... Je ne peux pas dire que je suis fan mais je pense qu’il me faudra un deuxième essai pour confirmer !

Nous attendons la remise des prix qui sera cette année marquée par la pénurie : pour le classement général, le premier, le second et le troisième sont appelés mais ensuite, par catégories seuls les premiers ont l’honneur infime de partager le podium avec les huiles … Du coup retour au paddock où nous fêtons à notre manière notre Guy et sa deuxième place …

FONTAN, petite bite sur ce coup, quand on connait le prix de l’inscription tu pourrais au moins prévoir 3 coupes par catégories !!!!

 Les uns et les autres plient bagages et petit à petit le paddock se vide … Et « voilà c’est fini » …


 L'an dernier je citais Jean-Louis AUBERT ("Voilà c'est fini …") avec nostalgie et en espérant le prochain … Cette année je pense que ce DDT sera mon dernier sauf à ce que de vrais objectifs sportifs et une réelle volonté de gagner dans notre catégorie soit la règle pour tous.

Je comprends et j'aime l'esprit motard, mais le DDT est avant tout une course à laquelle on s'engage pour gagner ce qui implique une préparation efficace et une motivation de tous et de tous les instants car comme le dis très justement Guy, la course est une somme de petits détails qui chacun ont leur importance.

On compte les uns sur les autres et chacun a de bonnes raisons d'être là mais chacun est responsable devant les autres de ses actes et personne n'est plus important que l'autre : c'est une équipe ou je n'ai rien compris !

Jef disait au Mourillon : le travail paye, Guy l’a prouvé… C’est cet esprit que je veux retrouver ou ce sera sans moi.

Alors évidemment nous ne sommes pas et nous ne serons jamais une écurie d’usine mais la culture de la gagne doit faire partie des valeurs essentielles, sinon on va doucement devenir un club de potes qui se payent une petite course pour passer une semaine ensemble et si ca peut être super sympa, ce n’est pas comme ca que je vois le DDT.

J'aurais probablement l'occasion de participer à d'autres évènements avec cette équipe qui compte des hommes et des femmes formidables. J'ai découvert certains que je connaissais moins et que j’ai l’impression d’avoir toujours connus, j'ai confirmé mon avis sur d'autres que je connaissais mieux … et malgré tout globalement sans déception, même si je ne suis pas dupe …

Cette édition 2010 fut encore une aventure humaine avec ses côtés lumineux et ses côtés sombres, j’y ai sans doute appris sur moi et sur les autres et pour ça au moins, je veux remercier tous les participants !

Au moment de conclure je ne peux pas oublier de remercier Eve et Jef qui œuvrent sans compter pour que tout se passe au mieux et Dieu sait si c’est parfois compliqué …

Vous êtes rares tous les deux et je vous aime !!! 

A l’an prochain … qui sait ?

The Past

Commentaires (6)

1. Alain 14/10/2010

Bonjour,

tu as oublié un après midi que Pierrot a passé à changer deux joints de culasse sur la gold,

pour ce qui es de l'ambiance, il faut être con pour partir au Club Med en octobre en Normandie,
je pense fortement y partir l'an prochain (au Club) mais au soleil!

Quand les participants seront de nouveau vraiment motivés, je partirai les accompagner pour la course.

A+

2. bruno 14/10/2010

Coucou Jean-Luc.
J'attendais d'avoir un peu de recul pour mettre mon petit mot sur "ta vision des choses".
Je suis d'accord avec toi quand tu parles de préparation on va dire un peu plus rigoureuse,voire plus professionnelle.Mais est-ce vraiment le but pour des gens comme nous?
Pour ma part(est ça n'engage que moi)je reste tout à fait conscient et méme lucide:quoi que je fasse,je ne pourrais jamais gagner une course pareille!
Et ça pour deux raisons.La premiere c'est que si tu me met sur un deux roues je deviens totalement ingérable et ça date pas d'aujourd'hui! (est encre je me suis énormément "assagis" avec l'age,parles en à ceux qui qui roulaient avec moi quand j'avais 20 ans)preuve en est que mon véritable bilan comptable sur cette course c'est deux radards,un stop et vu que je me suis fait gauler sans ceinture 15 jours avant le départ,j'ai peut étre à l'heure qu'il est carrement plus de permis!On ne peut effectivement pas appeller ça une gestion rationnelle voire professionnelle de cette course...
Deusiemme raison c'est qu'apres mon "accident de la vie" je ne peut plus voir et aborder les choses de la méme façon que vous.Tu ne peut pas imaginer le nombre d'étapes qui'il a fallu gagner et le nombre de scatchs en spéciales de la vie que j'ai du faire péter pour étre ne serait-ce qu'au départ d'une course!Elle est là ma victoire à moi.
Maintenant on peut le comprendre ou pas.On peut l'accepter ou pas.On peut s'en irriter ou pas.Et heureusement que chaque individu va ressentir et interpreter les choses de maniere differentes,méme si il s'agit du méme évenement,c'est ce qui fait notre richesse et l'interet d'etre ensemble.Je ne pense pas que l'uniformité surtout en ce qui concerne une pensée unique ait été un jours un concept tres attrayant!
Quoi qu'il en soit j'ai encore passé avec toi et avec toute l'équipe dix jours d'exceptions et pleins de bons souvenirs.Il restera pour moi de cette aventure l'essentiel,c'est à dire une douzaine de personnes qui étaient heureuses d'étre là.
Bisous et à bientot.

3. The Past 09/10/2010

Merci pour ce beau commentaire mon fils ...!

4. Julien 08/10/2010

Très beau récit payou, vraiment dommage (SFR A MORRRRT) que le réseau n'est pas été couvert. Cela aurait permis de suivre pas à pas vos aventures ;)

Ceci dit, une bonne demi heure de lecture suffit à se plonger dedans. Les différents paysages, les différents temps, les problèmes, les rires, les uns, les autres, les chambres d'hotel, la bibine, la bouffe, et tout le reste en font une bien belle aventure quand même.

Une aventure humaine c'est sûr, et dieu sait que l'humain est compliqué tant par ces décisions que par cette étrange faculté à être imprévisible parfois (tant dans le bon que dans le mauvais sens).

Je pense te connaissant (depuis quelques temps héhéhéhé) que tu as dû prendre plaisir à faire tout ça. Les nouvelles rencontres comme tu dis enrichissent beaucoup nos petites personnes. Les situations délicates (ou non) et notre réaction face à celles là nous en apprennent beaucoup sur nous même aussi.
Bref, le DDT c'est en quelque sorte une thérapie (malheureusement non remboursée par la sécu) comme on en trouve peu. Ca remue, ça donne du plaisir et ça enrichi.

Belle aventure en bref qui j'espère continuera après quelques mises au point, quelques promesses et peut être quelques engueulades (mais c'est comme ça aussi qu'on avance ;))

Des bisous et à très bientôt dans le sud

5. Le secrétaire 08/10/2010

Bravo pour ton style Past
On a vraiment l'imptression d'y être, de sentir la pluie, l'odeur de l'essence et d'entendre le bruit des bécanes.
Chaque aventure est différente, merci de nous avoir fait partager celle-ci
Et à bientôt pour vivre de nouveaux rêves
TCTR

6. muriel 07/10/2010

C'est vrai que notre FRANCE est belle,par nos routes de campagnes.Faire le col de la madeleine et au sommet le coucher de soleil sur le mont-blanc un moment exceptionnel. J'ai eu l'oportunité de suivre les pilotes c'était génial on ne s'imagines pas les routes,chemin qu'ils empruntent(bravo à eux).Jean-luc ne m'en veus pas trop de t'avoir abandonné.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site